Il fallait bien que nous arrivions à cette étape du voyage... Cette étape qui a mis à rude épreuve toutes les émotions que l'Inde avait créer en nous. Varanasi a mis notre sens de l'orientation, ma santé et notre patience à rude épreuve... Pourtant, on nous avait prévenu que c'était une ville magnifique mais plutôt difficile, très mystique mais aussi très touristique... Certains la conseille en fin de voyage et avec le recul, je pense que ce n'est pas une si mauvaise idée au moins pour la déguster à juste titre. 

DSC_0165

Notre hôtel vu depuis les ghâts

Il est 13h15 quand nous posons les pieds en gare de Varanasi seulement 7 jours après notre départ de Toulouse. Nous avons été réveillé très tôt par les familles à bord du train. J'ai soif, ma bouteille d'eau a disparu, elle n'est plus dans le porte bouteille en crochet, une mère l'a utilisé pour faire le biberon de son bébé... On remarque aussi le changement de température avec Rishikesh... En arrivant à Varanasi, on négocie un rickshaw pour le centre ville car nous voulions loger dans la vieille ville près des Ghâts principaux. Ce dernier nous dépose à un carrefour car une partie de la ville est semi-piétonne (nous verrons plus tard qu'il aurait pu amener beaucoup plus près denotre destination...). On commence à marcher dans les ruelles et la galère commence... La carte du routard n'est d'aucune utilité car elle ne mentionne pas toute les rues... On tourne en rond dans les ruelles commerçantes et bondées, croisant cortège funèbre et chien mort (nous sommes bien à Varanasi!)... Il fait chaud, les sacs sur le dos et je n'ai toujours pas bu...

Notre obsession : trouver un hôtel ! Les rabatteurs sont bien là, et pistent les touristes errant et perdus dans des ruelles où l'on ne se croise pas avec 2 sacs à dos. Forcément avec obstination, l'un d'eux nous colle aux basques... Ne nous quitte plus et d'amuse et à nous crier : "C'est pas par là !", "C'est par là"... On se retrouve hésitant entre trouver un hôtel et essayer de le perdre... N'ESSAYEZ PAS DE PERDRE UN RABATTEUR DANS LES RUELLES DE VARANASI, C'EST PEINE PERDUE !  On trouve un premier hôtel, que nous trouvons cher (forcément on vient de Rishikesh à 3 € la chambre !), un 2ème tout aussi cher mais beaucoup moins joli et très étouffant, et un 3ème complet...

Les jambes usées et le cerveau HS, on rejoint le premier car au moins, il y a un bon rapport qualité prix, plutôt le haut de la fourchette, spacieux, beau, au bord du gange et avec des dispos ! Nous avons toujours le rabatteur sur le dos qui nous attendu alors que nous visitions chaque chambre de chaque hôtel, attendant le moment où désespérés nous irions dans son hôtel ( le plus beau, le moins cher, le meilleur !). Nous nous installons au GANPATI GUEST HOUSE, dans une chambre dans l'annexe de l'hôtel, on se pose un peu, buvons beaucoup... Mais trop tard le mal est fait, le manque d'hydratation à eu raison de moi... Une cystite s'était emparée de moi... Un long moment plus tard, nous décidons d'aller manger tôt, car nous avions sauté le déjeuner dans tout ça... Et le rabatteur nous attendait toujours entre l'annexe et l'hôtel, ça devenait de la percecussion ( du moins on l'a vécu comme ça)! Fatiguée & malade j'ai perdu patience... Je ne suis énervée et lui ai donné un billet pour qu'il dégage... GRAVE ERREUR ! NE JAMAIS S'ENERVER EN INDE ! Il est devenu pire encore et a refuser mon billet ! Je lui ai donné à nouveau et nous nous sommes réfugiés dans l'hôtel pour diner.

Service sympa, bon repas, super vue sur le Gange et la Puja (cette cérémonie quotidienne où les indiens offrent la lumière au Gange), douche chaude et draps propres, nous ont un peu apaisés... Demain, il faudra sortir dehors et visiter Varanasi en oubliant les péripéties de la veille.

DSC_0131

La porte de chez nous  ! 

DSC_0104

les clefs de la chambre 

DSC_0106

 Sur le toit de la Ganpati Guest  House pendant la Puja

DSC_0110

 Au resto